Archives par auteur: Hassan Abdoulaye

Au sujet de Hassan Abdoulaye

Hassan Abdoulaye

Hassan Abdoulaye Hassan, Tchadien, journaliste dans une radio communautaire, artiste-comédien, promoteur culturel, Infirmier Diplômé de l'État.

FESACO: De l’art pour un développement local

Festival des arts et de la culture du Ouaddaï (FESACO) : l’heure est au bilan.

La 3ème édition du Festival des arts et de la culture du Ouaddaï (FESACO) c’était déroulée dans des bonnes conditions selon les organisateurs. Ils estiment que le bilan est positif et que les objectifs fixés ont été atteints. Cela ressort d’une réunion bilan qu’ils ont tenue ce mercredi au bureau de la Troupe Théâtrale « Etoile des Jeunes » d’Abéché, initiatrice du festival.

Cérémonie du lancement officiel du FESACO

Cérémonie du lancement officiel du FESACO

Du 24 au 27 janvier dernier à Abéché, des artistes venus de Wadi Fira, Salamat, Batha, Sila, N’Djamena et ceux du Ouaddaï ont présenté plusieurs manifestations culturelles, notamment des sketchs de théâtre,

de la danse traditionnelle et musiques et poèmes. Il y a eu également un conférence-débat sur le thème « théâtre et développement local » et un atelier de formation sur les techniques de l’acteur.

Danse traditionnelle (Kinine) - lors du FESACO

Danse traditionnelle (Kinine) – lors du FESACO

Selon le directeur du festival, la Troupe Théâtrale « Etoile des Jeunes » vise à travers ce festival à favoriser le brassage et consolider les liens de solidarité entre les jeunes de différentes régions, conscientiser les jeunes sur les maux qui minent notre société et promouvoir le patrimoine culturel du pays et surtout celui du Ouaddaï. Le directeur estime par ailleurs que les objectifs assignés par le FESACO 3ème édition sont atteints. Ces jeunes qui sont venus de différentes régions, qui ne se connaissaient pas, sont devenus comme des frères durant toute la période du festival, ce qui contribue au maintien de la paix et de la stabilité du pays ; ajoute t-il. Il a remercié tous ceux qui ont contribué à l’organisation de cette 3ème édition et appelle les autres à en faire autant.

Les festivaliers ont remercié la troupe Etoile de Jeune d’Abéché pour avoir organisé ce festival et le formateur pour avoir partagé avec eux ses connaissances. Mahamat Nour Ali le formateur qui se dit satisfait de l’organisation de ce festival a indiqué que le théâtre est mal compris par la population et pourtant c’est ce théâtre qui fait rayonner le pays.

Le délégué régional de la culture du Ouaddaï, représentant le Gouverneur, a déclaré que ce festival a permis le brassage entre jeunes et permet, selon lui, de promouvoir la culture de la paix. Coleta Banébé Gilbert ajoute que cette manifestation entre en droite ligne dans la politique du gouvernement axée autour de la jeunesse. Il a, au nom de l’administration rassurer la troupe de son soutien afin que la culture tchadienne soit diffusée au-delà de nos frontières.

Est du Tchad : Retournés tchadiens à Adré, la situation est serieuse.

Plus de 1200 tchadiens sont déplacés (ou plutôt retournés) à Adré, près de la frontière soudanaise, dans le département d’Assoungha, et plus 500 autres se trouvent à Tindelti, à une trentaine de kilomètres au nord d’Adré. Ils ont fui le conflit intercommunautaire survenu à El-Djineina autour d’une mine d’or.

L’annonce a été officiellement faite hier par le gouverneur de la région du Ouaddaï, lors d’une réunion tenue au gouvernement. Cette réunion a regroupé les organisations humanitaires et les agences des nations unies œuvrant à l’Est du Tchad, elle vise à explorer les possibilités de prise en charge de ces retournés et leur acheminement vers leurs régions d’origines. Le gouverneur déclare que la situation est très préoccupante et demande le cours de tous les humanitaires pour améliorer les conditions de vie de ces personnes et éviter le pire. Il indique aussi que les régions les plus concernées sont le Ouaddaï, le Sila, le Batha et le Guéra.

Il a été convenu lors de la réunion que ces personnes seront acheminées dans les chefs-lieux de leurs régions respectives et, à partir de là, elles vont se débrouiller pour atteindre leurs villages.

Pour assurer la prise en charge rapide de ces nécessiteux, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) a mis à leur disposition des vivres pour une dizaine de jours, avant leur acheminement. L’ONG Médecins Sans Frontière et d’autres ONG sont déjà sur le terrain.

Le délégué régional de l’action sociale, de la solidarité nationale et de la famille indique que d’autres tchadiens peuvent être attendus dans les jours à venir.

Pénurie d’eau à Abéché

La population de la ville d’Abéché n’a pluss d’eau potable et consomme l’eau des puits depuis déjà une semaine.

PH. A. Kabouche
Autour d’un puits.

Le forage installé à Bitéha (35 Km d’Abéché) qui alimentait la ville d’Abéché a été endommagé par les eaux de pluies depuis le vendredi 17 août 2012. Depuis lors, la population consomme et continue à consommer l’eau des puits et de mares, ce qui pourrait causer certaines maladies diarrhéiques et même le choléra si cette eau est consommée sans être traitée, étant donné que la plupart des puits sont ouverts.

Cette denrée est devenue de plus en plus rare et inaccessible malgré sa qualité non potable. Le pouce-pouce contenant 10 bidons de 20 litres qui se vendait à 300 francs se vend aujourd’hui à 750 francs, voire 2000 francs dans certains quartiers éloignés des puits.

PH. A. KabouchePour s’en procurer, quelquefois c’est tout le ménage qui se mobilise et l’on utilise tous les moyens de transport à la disposition : charrette, âne, vélo, moto, véhicule. Ceux qui n’en ont pas ne peuvent alors utiliser que leur tête pour transporter l’eau à la maison.

Tous ceux que j’ai rencontré déplorent la situation mais ne savent à qui s’adresser. « Cela ne devrait pas arriver et même si c’est arrivé, la solution devrait être trouvée immédiatement si le gouvernement se soucie réellement de la population » s’indigne un habitant.

Selon le responsable de la société nationale de l’eau, les techniciens sont à pied d’œuvre pour décanter la situation.

En tout cas, espérons… car on ne vit que d’espoir.

Tchad: 52 ans d’indépendance.

11 août 1960 – 11 août 2012, le Tchad a célébré le  52èmeanniversaire de son accession à l’indépendance. Diverses manifestations sont organisées à travers le pays à cette occasion.

Défilé militaire

À Abéché, la cérémonie commémorant cet événement s’est déroulée à la place de l’indépendance en présence du Gouverneur de la région du Ouaddaï Kedallah Younouss Hamid, de madame le ministre de l’action sociale Fatimé Ramadam et de plusieurs autres autorités civiles et militaires de la place ainsi que d’un nombre important de la population venue pour la circonstance. Après la revue de troupes, le gouverneur de la région du Ouaddaï accompagné de son équipe a déposé un bouquet de fleurs en la mémoire des martyres.

Un grand défilé militaire a mis fin à la cérémonie.

Bonne fête à tout toutes les tchadiennes et à tous les tchadiens !!!

Tchad : Baccalauréat 2012, un véritable jeu de cache-cache.

Comme un adage disait « les morts ne sont pas morts », tous les admis au baccalauréat 2012 ne sont pas admis. Certains d’entre eux seront appelés à composer pour une 2ème fois ce même bac, dans cette même année.

Les résultats du baccalauréat session 2012 ont été donnés le 30 juillet dernier. Sur les 69 788 candidats ayant composé le bac, 19 588 sont admis soit un taux de 28,6%. En effet, même pour arriver à ce taux, le jury est descendu jusqu’à la moyenne de 8,25 sur 20 afin de repêcher certains candidats. Ce qui est contraire à la politique de l’excellence prônée par le gouvernement.

Le premier ministre tchadien Emmanuel Nadingar a annoncé lors d’un point de presse tenu ce samedi, 04 août 2012 que le chef de l’État a signé un décret fixant l’admission à une moyenne supérieure ou égale à 10 sur 20.

 Emmanuel Nadingar demande au ministre de l’enseignement supérieur de réunir le jury afin de reconsidérer les résultats en annulant pour ceux de candidats ayant obtenu une moyenne inférieur à 10 sur 20. Il rassure que les candidats ayant une moyenne supérieure ou égale à 10 sur 20 seront confirmés dans leur admission.

On dirait que le gouvernement est surpris par ces résultats. Mais à qui la faut ??? Le décret 525 du 2010 dont le chef de gouvernement parle n’est-il pas diffusé ou bien,  n’est-il pas appliqué ? Par qui doit-il être appliquer ? Comment étaient les résultats des années 2010 et 2011 ? Pourquoi ne pas prendre des mesures avant l’annonce des résultats ? … ? Autant de questions se posent dans les coulisses. Est-ce une chance ou une malchance ?

Comme pour s’excuser auprès de candidats, le gouvernement décide d’organiser une nouvelle session spéciale de bac en octobre 2012, pour tous les candidats sans exceptions, soit disant pour des raisons d’équité et de justice.