Promotion de la culture bio

Fin juillet, j’ai participé à la Foire des Opportunités Économiques à N’Djamena. Cette foire était organisée par le Centre pour le Dialogue Humanitaire en collaboration avec le ministère de la promotion de la jeunesse, des sports et de l’emploi.

Je me suis présenté avec un « projet de production et de commercialisation d’oignons biologiques ». Seize projets ont été présélectionnés parmi une centaine, dont le mien. Après avoir défendu mon projet devant un jury composé d’experts, j’ai reçu le 3e prix de meilleur projet sur 10 sélectionnés. Grâce à cela, l’Office National de la Promotion de l’Emploi (ONAPE) va apporter une aide financière à hauteur de 3 149 100 francs CFA, soit 90% du coût global du projet.

Ce projet entre dans le cadre des activités de ma startup dénommée « Cbio-Tchad » a pour objectif de réduire les risques liés à l’utilisation des produits chimiques en promouvant la culture maraîchère biologique.

J’ai choisi l’oignon pour commencer parce que c’est le produit le plus consommé par les tchadiens. L’oignon est présent dans tous les repas et mets quotidiens : à la maison, au restaurant, à la sandwicherie, chez le grilleur de viande, sur le point coin du quartier et partout où l’on trouve à manger. Bref, tous les jours que Dieu fait nous tous, hommes, femmes, enfants, vieux, tous consommons au moins une fois par jour de l’oignon ! Il est donc absolument nécessaire que cet oignon tant consommé soit sain, sans danger ni aujourd’hui, ni demain pour nous les consommateurs. Je dis « nous » parce que je suis producteur mais aussi consommateur.

Il faut savoir qu’aucune étude n’a été faite au Tchad pour déterminer les effets des produits chimiques. Pourtant, nous savons tous que l’utilisation de ces produits a des conséquences à divers niveaux. Un entretien avec un de mes ami qui travaille sur le contrôle de qualité des aliments et un tour sur le net m’ont permis de savoir ceci : les produits chimiques utilisés dans la cadre des cultures polluent l’air, appauvrissent le sol et polluent les nappes phréatiques (donc l’eau que nous consommons). Sur l’homme, ces produits présentent une toxicité néfaste pour la santé, certaines maladies comme le cancer pourraient être dûes à une intoxication lente et continue. (Un article consacré aux effets des produits chimiques sera publié prochainement). Au final, il suffit de s’informer sur les produits chimiques pour savoir que leurs effets indésirables sont nombreux et dangereux. On comprend vite l’intérêt de consommer une alimentation saine, biologique, non polluée par la chimie.

Alors, afin de réduire les risques pour l’environnement et pour l’être humain, et dans le but de satisfaire les consommateurs,  j’ai pensé produire des oignons bios par la culture maraîchère pour ensuite les vendre sur les marchés. Pour cela, je vais utiliser les déchets organiques et compostes afin de fertiliser le sol. J’utiliserai des compositions de feuille de plantes à la place des pesticides et les techniques physiques pour arracher les herbes au lieu d’utiliser des produits chimiques. Vous convenez avec moi que toutes ces méthodes sont souhaitables, saines et non invasives. Rappelons que les produits chimiques sont utilisés comme engrais, herbicides et pesticides, ça fait beaucoup ! Evitons-les au maximum et revenons à une agriculture saine pour que ces produits ne nous empoisonnent pas.

Pour information, mon projet est implanté à Wadi Choc, à 18 Km de la ville d’Abéché, département de Ouara, province du Ouaddaï.

The following two tabs change content below.
Hassan Abdoulaye
Hassan Abdoulaye Hassan, Tchadien, journaliste dans une radio communautaire, artiste-comédien, promoteur culturel, Infirmier Diplômé de l'État.