L’Etat n’intègre pas n’importe qui, surtout quand il s’agit de la santé.

Tous les agents de santé sortis des écoles et instituts de santé privés doivent être soumis à un concours dit de certification avant d’être intégrés à la fonction publique.

Ils sont 5193 personnes à composer ce concours ce dimanche 16 novembre 2014. Ces candidats sont répartis dans quatre centres d’examen à savoir N’Djamena, Abéché, Moundou et Sarh. Infirmiers diplômés de l’Etat, sages-femmes et agents techniques de santé ont abordé chacun quatre matières. Les trois amis que j’ai appelés pour leur demander de concours m’ont tous signifié que les sujets sont abordables. Seuls ceux qui seront admis seront intégrés à la fonction publique.

Cependant, je me pose un certain nombre de questions :

  1. Pourquoi attendre si longtemps avant d’organiser ce concours alors que certains ont passé dix années sans être intégrés ?
  2. Que deviendrons ceux qui n’auront pas le concours alors que beaucoup de ces agents travaillent dans le secteur privé depuis des années ?
  3. Que faire des agents des écoles de santé publiques qui n’ont pas le niveau car ce concours est organisé pour soit disant tester le niveau des candidats ?
  4. Ce concours concerne uniquement les agents de la santé ou aussi les autres agents ?
The following two tabs change content below.
Hassan Abdoulaye
Hassan Abdoulaye Hassan, Tchadien, journaliste dans une radio communautaire, artiste-comédien, promoteur culturel, Infirmier Diplômé de l'État.

Commentaires (2)

  1. F Sebastien

    Les pays africains ont certes un retard en terme de santé mais il faut reconnaitre qu’un grand bon en avant a été faite et qu’ils sont en bon chemin actuellement, reste a asseoir une vraie stabilité politique

  2. Hassan AbdoulayeHassan Abdoulaye (Auteur de l'article)

    Bonne chance à tous les candidats

L'ajoût de commentaire est désormais suspendu.